www.openeducationbf.com

Votre bibliothèque virtuelle 100% gratuite

Get Adobe Flash player

Qui est en ligne ?

Nous avons 18 invités en ligne

Compteur en ligne

Vous êtes le visiteur n°
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette semaine3228
mod_vvisit_counterCe mois25218
mod_vvisit_counterTous1173375

Aujourd'hui: 24 Mai 2018

Rejoignez-nous sur

Comment réussir son entrée au Campus

Le Campus peut être compris comme une zone de concentration d'étudiants, une zone universitaire. Il regroupe en général les amphis (les salles de cours), les logements d'étudiants (cités universitaires), les restaurants etc. C'est "tout autre un monde" avec ses réalités. Dès les premiers moments, quand l'étudiant arrive (du moins le bachelier), il est presque déboussolé par l'ambiance et le peuplement. ça donne l'impression que vous n'y avez pas votre place. ça bouge en ces lieux. Une vitalité aux couleurs de la galère et de la pression des études. C'est là et dans ces conditions que vous allez vous former. Rien à faire, il faut se donner un état d'esprit pour s'accommoder.

ARRIVÉE AU CAMPUS

1) Quand vous arrivez, mettez vous à l'aise. C'est à dire faite des rencontres (amicales ou non), regardez un peu les possibilités du campus, informez vous sur certains sens d'études, ... Enfin bref, essayez de faire comme chez vous. Mais n'oubliez quand même pas d'aller au cours (eh oui, déjà!)
2) Après vous êtes mis à l’aise, prenez le temps de décider au sens de vos études.

PREMIER COURS

3) Voilà, vous avez enfin choisi ! Maintenant, il faudrait aller au premier cours. Allez-y, et regardez un peu vos objectifs à faire
4) Après le cours, faites DIRECTEMENT votre devoir, sans parler à quelqu'un, sans faire autre chose...
5) Après votre devoir, parlez et détendez vous un peu, car il y aura une grande phase d'études qui arrive dans 5 minutes!
6) La phase d'études. Après vous être amusé(e) avec vos amis, mettez vous à l'étude. Vous verrez un cercle cyan autour des compétences à connaître. A lieu de vous mettre directement à la pratique, lisez un livre à ce sujet. Il vous expliquera en détails.
7) Voilà, tous vos objectifs sont atteints pour aujourd'hui. Couchez vous, le plus tôt possible (vous pouvez bien sûr encore vous détendre un peu.)

DEUXIÈME JOURNÉE DE TRAVAIL

8) Levez vous, mangez quelque-chose et détendez vous un maximum. Comme vous avez tout fait le jour précédent, vous n'avez plus à vous soucier de votre travail.
9) Voilà le deuxième cours qui frappe à la porte. Allez-y.
10) Ouf ! Ce cours est fini! Maintenant, faites immédiatement votre devoir, et (comme vous avez fini vos compétences), détendez vous. Bien sûr, pour les bourreaux de travail, vous pouvez encore vous améliorer à toutes vos compétences, pour avoir un étudiant encore plus réussi.
11) Pour tous les autres cours, faites de même.

L'EXAMEN 1

12) Nous voilà au premier examen. Votre sim est très stressé! 3 heures avant l'examen, essayez de vous détendre, et un peu étudier encore.
13) Après l'examen, vous aurez un message qui vous dira si vous pouvez aller à l'année 2 ou pas. Si vous avez suivi(e) tous mes conseils, vous devrez passer. Recommencez tout sauf les conseils 1 & 2.

"Faites de bonnes révisions", "Ne faites pas d'impasse", "Préparez bien cette question"... Tout cela, les enseignants vous le répètent, mais concrètement, comment s'y prendre ? Certains n'arrivent pas à se mettre au travail et repoussent sans cesse le moment d'attaquer. D'autres sont paniqués à l'idée des tonnes de cours qu'il faut revoir et ne savent pas par quoi commencer. D'autres encore se lancent sans méthode dans des révisions marathon et voient leur stress augmenter de jour en jour. Pour ne pas tomber dans ces écueils, suivez nos conseils dans l'ordre.

1/ Préparer à l'avance vos supports de révisions

Avant de vous lancer dans les révisions elles-mêmes, quelque temps avant que vos cours ne s'arrêtent, commencez à préparer tous les supports qui vous seront nécessaires :
- Procurez-vous les cours qui pourraient vous manquer
- Complétez ce qui est incomplet, peu clair, mal noté : demandez à des amis leurs notes de cours, ou utilisez un manuel - Rassemblez avec chaque cours les exercices, TP ou TD, sujets d'annales correspondants..
- Faites des fiches ou rassemblez les mémentos, les résumés, les schémas de bonne qualité qui se rapportent à chaque cours et vous permettront de bien comprendre et d'apprendre vite. - Sélectionnez le ou les sites Internet qui peuvent vous permettre de combler vos trous, vos lacunes (si vos supports papier sont bons, vous n'en avez pas besoin).
- Faites un dossier complet par cours avec les notes, fiches, exercices, et ordonnez vos dossiers. Ce travail de rangement matériel va vous aider à ordonner les connaissances dans votre tête et vous mettre en paix. Si vous passez des examens en juin, faites cela durant les vacances de Pâques ou les longs week-ends de début mai. A cette date, il est encore temps par exemple de faire des fiches, d'aller acheter les annales qui vous manqueraient ou d'aller surfer sur des sites pédagogiques.

2/ Faites un planning de révisions

Les cours sont maintenant finis, vous avez de longues journéees devant vous pour réviser. Mais ne vous lancez pas dans l'étude sans avoir fait un programme :
- Comptez le nombre de jours dont vous disposez pour réviser sans compter la veille de l'examen - Faites la liste de tous les cours (ou sujets) à travailler, et cela dans toutes les matières
- Remplissez un tableau en répartissant les leçons à revoir dans vos journées en commençant par cours les plus anciens (étudiés au début de l'année) et en finissant pas les plus récents. Mettez aussi vos impasses (les cours mal ou jamais appris) au début des révisions. Suivez le déroulement du programme car on a souvent besoin des notions apprises au début pour comprendre les suivantes. Pour répartir les sujets à étudier chaque jour :
- Mettez les matières et sujets les plus difficiles le matin ou en fin d'après-midi
- Alternez les matières. Pour le bac par exemple, ne faites pas des maths pendant une journée entière, puis de l'histoire un autre jour, puis du droit... Mais chaque jour, intercalez un chapitre de maths, un d'histoire, un de droit... : vous perdrez moins de temps sur chaque matière et vous garderez plus facilement en mémoire les différentes matières.
- Si vous ne passez qu'une matière, intercalez le cours, les exercices, les lectures de texte, etc. - Passez plus de temps sur les disciplines à gros coefficient.
- Faites un planning précis heure par heure ou mieux, demi-heure par demi-heure, en fixant d'emblée l'heure à laquelle vous démarrez le matin et celle à laquelle vous arrêtez le soir (pas plus tard que 23 heures).

3/ Le travail pendant les journées de révisions

Il n'y a plus qu'à faire ce que vous avez prévu dans votre planning. Là encore, il faut s'organiser :
- Choisissez un lieu calme propice au travail et faites-y toutes vos révisions pour ne pas perdre de temps à déménager vos affaires d'un lieu à un autre. Si des amis proposent des révisions communes, assurez-vous qu'ils ont bien l'intention de travailler. Si vous partez ensemble dans un lieu nouveau (maison de campagne), veillez à avoir de bonnes conditions de confort (sommeil, alimentation, bureau à vous). Travaillez côte à côte, mais faites vos révisions chacun de votre côté et détendez-vous ensemble durant les repas.
- Mettez-vous au travail à heure fixe le matin, pas trop tard si possible (vers 8 h ou 9 h) et arrêtez le soir aussi à heure fixe (pas trop tard). Faites des nuits de sommeil de 7 heures au moins.
- Veillez à rester concentré : en vous mettant à votre bureau, éteignez votre portable pour ne pas être dérangé. Ne passez pas trop de temps sur un sujet car on ne peut se concentrer efficacement plus de 40 à 50 minutes. Toutes les 50 minutes, faites donc une petite pause de 5 minutes : aérez-vous, levez-vous, allez boire un verre d'eau, écoutez un peu de musique, et remettez-vous au boulot : votre concentration sera à nouveau bonne. Si vous rêvassez, changez de sujet pour ne pas perdre de temps.
- La veille, détendez-vous ! Ne cherchez pas à tout revoir en quelques heures : c'est impossible et cela ne servira qu'à vous angoisser. Détendez-vous, préparez vos affaires pour le lendemain et couchez-vous à heure raisonnable, ni trop tôt ni trop tard.

Réviser avec stratégie permet de gagner un temps précieux

Il suffit de trois semaines pour oublier le contenu d'un cours. Ou presque. Durant ce laps de temps, sans revoir ses notes, l'étudiant se souviendra tout au plus de 20% de la matière enseignée. Car la mémoire fonctionne comme une courbe. Au fil des jours, une partie des informations engrangées est oubliée. Mais pas de panique, il existe des stratégies simples pour éviter de se vider les méninges.

Mémoire en courbes

«Pour éviter le déclin de la courbe de mémoire, commencez par un tout petit rafraîchissement après le cours, explique le Dr Delphine Rinaldi, responsable du programme «Réussir ses études» à l'Université de Genève. Ensuite, je conseille de retravailler les notes en profondeur le soir même.» Ces actions permettent de «remonter» cette fameuse courbe de la mémoire... qui redescend à nouveau au fil des jours. Il est donc important de revoir la matière avant la semaine suivante, afin de garder en tête le fil conducteur du cours. Suivie régulièrement, la méthode permet d'éviter les phases de bourrage de crâne, absolument inutiles. Le secret d'une mémorisation intelligente - et de la réussite, commence donc par la stratégie. Et pas besoin d'avoir le QI d'Einstein pour prendre un peu de temps et élaborer un plan d'études. L'investissement est minime, le gain de temps pour la suite est énorme.

Motivation essentielle

Première étape, le cours. Concentré, l'étudiant qui s'investit dans la leçon commence déjà à travailler la matière. Alors exit jeux et chat sur l'ordinateur portable. Et les discussions existentielles attendront la pause-café. Bien suivre le cours, c'est par exemple poser une question au prof, ou s'en poser à soi-même si l'on n'ose pas. D'où l'importance d'avoir révisé les notes du cours précédent. «Lorsque que l'on ne sait pas trop de quoi le prof parle, on risque d'être un peu perdu», souligne Delphine Rinaldi. Mais si, pour une raison ou une autre, un étudiant doit manquer un enseignement? «C ela doit rester une exception, conseille la spécialiste. Si cela arrive, l'idéal c'est de se procurer le plus rapidement possible le cours d'un ami. Et de faire le travail sur les notes comme si l'on avait suivi le cours.» L'important étant de rester à jour d'une semaine à l'autre.

Etape suivante, faire le bilan de sa motivation. Presque une évidence: les matières qui nous passionnent posent peu de difficultés. «Quand un cours n'intéresse pas, on va à penser à autre chose et moins s'investir, éclaircit Delphine Rinaldi. Cette attitude là va vraiment avoir un impact sur la mémorisation.» Tout étudiant n'est pourtant pas voué à l'échec devant un cours obligatoire et ennuyeux à mourir. «Si c'est le prof qui démotive, il faut essayer de faire abstraction de sa personnalité pour se concentrer sur le contenu, suggère Delphine Rinaldi. Si c'est le contenu qui pose problème, essayer de trouver de l'intérêt ailleurs: dans la personnalité du prof ou développer ses connaissances pour mieux apprécier le sujet.»

Sans motivation, on entre dans un cercle vicieux. Les statistiques sont souvent présentées comme la bête noire des étudiants. Et lorsque l'on n'aime pas, on va moins faire. Du coup on maîtrise moins et on se sent perdu. Une solution? Commencer par la partie du cours la plus facile à comprendre pour se constituer un seuil de connaissances. Une base qui va permettre de beaucoup mieux comprendre un cours compliqué. Sinon, essayer de relativiser, de voir l'objectif final en se disant: «J'en ai vraiment besoin pour ce que je veux faire».

Limiter le temps de travail

Après avoir suivi le cours attentivement et trouvé un intérêt, même minime, à la matière, une grosse partie du travail est entamée. De là, pour gagner un maximum de temps, il est nécessaire d'identifier les tâches à faire pour réussir l'examen. Simple, non? Pourtant, très peu d'étudiants réussissent à déterminer ce qu'attend vraiment le prof. Et ingurgitent beaucoup de matière inutile... encore des heures perdues. Une fois les tâches clairement identifiées, prévoir 45 minutes par travail. «T rois quarts d'heure assurent une attention maximale», précise Delphine Rinaldi. Par exemple, on peut découper une lecture de trois heures en quatre tranches de 45 minutes. Ensuite, bien répartir dans la semaine les moments de travail. Pour la spécialiste, il faut prévoir les devoirs compliqués lorsque l'on est au top de sa forme. La recette pour garder la motivation? Alterner un travail ennuyeux avec une autre tâche plus sympa. «En travaillant de cette manière, on se rend compte que l'on a aussi du temps pour soi, dit Delphine Rinaldi. Le pire, c'est d'avoir toujours l'impression de travailler, d'être mal organisé et de paniquer ensuite.» En bref, il faut savoir délimiter le temps de travail, sans être toutefois trop strict avec soi-même.

Fitness cérébral

Au moment de travailler le cours, il est nécessaire d'être investi à 100%. Relire ses notes se fait de façon active, en se posant des questions et en mettant en évidence les points essentiels. Une séance de gymnastique de la matière grise s'effectue assis à un bureau plutôt que couché sous le duvet. Utiliser l'imagerie mentale aide à donner une forme concrète à une idée abstraite. Par exemple, s'il faut connaître des dates, imaginer que chaque siècle correspond
à l'étage d'une maison, et chaque année à un numéro de porte. Si l'image s'associe d'une émotion ou d'une référence personnelle, l'effet de mémorisation sera d'autant plus surprenant.

«Adopter une stratégie»

3 questions à Delphine Rinaldi, Docteur en Sciences de l'éducation

L'âge influence-t-il sur la capacité d'apprentissage?
C'est une question qui revient souvent, surtout chez les étudiants qui reprennent les études. Mais il n'y a pas de raisons qu'ils aient une moins bonne mémoire que leurs collègues plus jeunes. A moins d'un accident ou d'une maladie, il faut atteindre un âge très avancé pour voir ses compétences diminuer. La capacité de la mémoire est plus ou moins équivalente chez tout le monde. En revanche, son utilisation diffère. Par exemple, si l'on a passé beaucoup de temps dans la vie active, on a simplement perdu l'habitude d'utiliser sa mémoire. Il faut reprendre confiance et adopter une stratégie. Et ça vient assez vite.

Mais tout le monde ne possède pas les mêmes capacités cognitives...
Il y a quand même des différences entre les étudiants. Certains m'épatent par leurs capacités. Mais, plutôt que d'avoir des aptitudes exceptionnelles, ils utilisent en réalité des stratégies, presque à leur insu. L'intérêt et la motivation jouent aussi un grand rôle. Quand on est enthousiasmé par une matière, on aura tendance à lui prêter plus d'attention lorsqu'elle est abordée dans les médias ou durant les cours.

Quelles erreurs répètent le plu s souvent les étudiants?
Se contenter de recopier le cours, ça ne sert pas à grand chose. Passer des heures à étudier sans stratégie et sans concentration, c'est également inutile. Si on lit un livre en se couchant sur son lit sans crayon ni prise de notes, c'est une perte de temps. Mieux vaut être actif une demi-heure, se mettre à une table, bien assis, avec une lumière correcte, prendre des notes... que travailler une heure en pensant à son week-end.

Sommeil et nutrition

Et si le simple fait de dormir aidait à apprendre ses leçons? Un rêve pour les étudiants... Les chercheurs en psychologie de l'Université de Californie ont pourtant obtenu des résultats étonnants. Les scientifiques ont étudié deux groupes de vingt personnes. Les premiers ne se reposaient pas, les autres dormaient pendant 90 minutes après le repas. En fin de journée, les deux groupes devaient effectuer des tests cognitifs identiques. Les personnes qui ne s'étaient pas reposées voyaient leurs performances diminuer. Celles qui avaient fait un petit somme avaient un meilleur taux de réussite... qu'avant la sieste. Selon les chercheurs, l'expérience prouve que le sommeil permet de vider la mémoire à court terme et améliore la capacité du cerveau d'intégrer de nouvelles informations. Une autre étude, menée à l'Université de New York, montre que le cerveau continue de travailler lorsque la personne fait une pause, même sans dormir.

Régime méninges

D'autres recherches se sont intéressées aux effets de l'alimentation sur la mémoire. Le poisson, les noix et les épinards contenant des oméga-3 et des acides gras aideraient à garder l'esprit vif. Faut-il pour autant passer à un régime «spécial mémoire»? «Je pense que le lien entre poisson et mémoire n'est pas direct, commente Delphine Rinaldi. Mais il est une excellente source de nutriment et il est toujours conseillé d'avoir une bonne alimentation.» C'est à dire troquer son paquet de chips contre une belle salade de fruits. Et surtout, un apport de sucres lents dans la journée est essentiel pour éviter les baisses de régime.

Astuces pour réussir ses études universitaires

Motivation, travail et organisation semblent les trois mots clés que les nouveaux étudiants inscrits à l'université doivent retenir en priorité. Pour vous aider à assurer tout au long de vos études, voici plus précisément quelques conseils commandements à lire, méditer et surtout appliquer.

Ne vous engagez pas à la légère

On ne se lance pas dans des études à la légère, parce qu’on ne sait pas quoi faire ou parce qu’on est attiré par l’image élitiste que l'université procure.
Résistez aux premiers cours

En première année des études, l’ambiance est radicalement différente de celle du secondaire, où vous étiez bien encadré, où vos professeurs ne devaient pas se partager entre plusieurs centaines d’étudiants. Attendez-vous à des amphis bondés, parfois mouvementés en début d’année. Dans tous les cas, essayez de faire abstraction de ce désordre (en général, le calme revient dès le premier mois). Et dépêchez-vous de vous mettre au travail. A l'univeristé , si on ne se met pas en route dès la rentrée, on est rapidement débordé.

Restez motivé

Il faut garder cette motivation tout au long de l’année. Ne vous laissez pas abattre par vos premières notes. Rien n’est perdu (ou gagné) tant que les résultats finaux, en juin, ne sont pas tombés.

Assistez à tous les cours
Assister aux cours magistraux n’est pas une obligation… en théorie. Dans les faits, c’est primordial pour comprendre ce que dit le professeur. De plus, cela permet de capter des infor­mations a priori anodines qui feront toute la différence le jour du concours. Et n’achetez en aucun cas les notes d’un redoublant ou d’un étudiant de deuxième année. Elles peuvent être truffées d’erreurs ou d’informations obsolètes, surtout lors d’une année de réforme.

Prenez vos cours en notes
Recopier le plus fidèlement possible le cours pour faire des synthèses. Tout détail compte à l'examen.

Éviter d’enregistrer le professeur, vous perdriez du temps à retranscrire ses propos. Si le rythme est trop rapide pour vous, mieux vaut travailler en binôme avec une personne de confiance. L’un peut prendre en notes le cours, pendant que l’autre s’occupe des schémas.

Travaillez régulièrement
Ne laissez pas tous ces cours s’accumuler sur un coin de votre bureau. Relisez et complétez les notes de la journée dans la soirée. Et, le week-end, reprenez point par point le ­travail de la semaine. Surtout, ne prenez pas de retard dans les révisions.

Entraînez-vous

Seul ou à plusieurs, ­organi­sez des sessions d’entraînement aux examens. Récupérez les annales des années précé­dentes (disponibles à la bibliothèque ou auprès des associations étudiantes) : elles vous permettront de comprendre l’esprit des épreuves, de mieux cibler les attentes des enseignants, d’identifier les pièges et de vous entraîner à répondre rapidement. De plus, certaines questions peuvent revenir deux ou trois ans plus tard…

Faites-vous aider
Si vous avez besoin d’être enca­dré, recourez au tutorat organisé par les facs. Autre possi­bi­lité : faire une prépa privée

Ménagez-vous

L’épanouissement personnel contribue tout autant à la réussite. Aussi, faites des pauses lors de vos séances de révisions. De même, respectez autant qu’il est possible votre rythme natu­rel : si vous êtes complètement inefficace après 21 heu­res, n’insistez pas. Gardez plutôt des forces pour le lendemain. Pour finir, essayez de conserver une plage de loisirs hebdomadaire d’une ou deux heures afin de vous détendre.

Pour vos révisions intensives, rien ne sert de passer 8 heures sur un même sujet, ni de passer des nuits blanches, le sommeil étant un facteur très important dans le processus d’apprentissage. Levez-vous tôt car c’est le matin qu’on est le plus efficace, le mieux concentré. Prévoyez de travailler par tranches de 2 heures au-delà desquelles votre concentration tendra à s’amenuiser.

Planning de révision

Recensez par matière ce que vous avez à réviser. Établissez un planning en répartissant tout ce qui doit être fait. Ainsi vous êtes sûr de ne rien oublier, de gagner du temps sur l’organisation chaque matin (vous n’avez plus à vous demander au jour le jour quel chapitre étudier), et d’être dans les temps (avoir tout revu au moins une fois). Vous pourrez également, tout au long de vos révisions, mesurer le travail accompli. Quel encouragement !

Et puis donnez-vous de petits objectifs-récompenses. Exemple : « après ce chapitre d’histoire, je regarde un épisode de ma série préférée » ou « je me prépare un petit goûter », etc. Ceci doit vous permettre d’avancer dans votre travail, surtout pas de vous amener à le bâcler pour accéder plus vite à votre « carotte » !
Vous ménager des petites pauses agréables vous permettra de mieux vous remettre au travail.

Cité U

Constitution du dossier d'inscription

Tout étudiant qui sollicite une orientation ou une admission en vue d’une inscription à l’université de Ouagadougou pour des études, a l’obligation de déposer un dossier dûment constitué. La constitution du dossier varie en fonction de la nationalité et du statut.

Pièces à fournir au service de la scolarité décentralisée (concerne uniquement les nouveaux bacheliers)

- une copie légalisée de l'attestation provisoire de succès au baccalauréat - ou une copie légalisée du diplôme ;
- l'original de l'attestation provisoire de succès ou du diplôme de baccalauréat (à présenter pour authentification) ;
- un certificat de visite médicale délivré par le médecin du CEntre National des Oeuvres Universitaires (CENOU);
- une copie de l'attestation de bourse pour les boursiers ; 
- le reçu de versement des frais d'inscription pour les non-boursiers ;
- une fiche individuelle d'inscription administrative, une fiche d'inscription pédagogique et une fiche indiquant le cursus universitaire (le cursus universitaire concerne ceux qui ont déjà fréquenté une université quelconque).

Composition du dossier pour les bacheliers

- une demande manuscrite non timbrée adressée à Monsieur le Président de l’Université de Ouagadougou, précisant trois filières d’études par ordre de préférence ;
- un extrait d’acte de naissance ou de jugement supplétif en tenant lieu ;
- une copie légalisée de l’attestation de succès au baccalauréat plus le relevé de notes obtenues au baccalauréat ;
- une copie légalisée des bulletins de notes obtenues en classes de : seconde, première et terminale (la terminale de l’année en cours) ;
- un certificat de nationalité pour les étrangers

Candidats travailleurs

Les candidats travailleurs voudront bien, consulter les différents points selon le cycle qui les intéresse et joindre à leur dossier une autorisation d'inscription signée par le chef de service.

L'admission en deuxième année du 1er cycle aux autres années du second cycle

- une demande manuscrite non timbrée adressée à Monsieur le Président de l’Université de Ouagadougou, précisant l’établissement, l’option et le niveau d’études sollicités ;
- un extrait d’acte de naissance ou de jugement supplétif en tenant lieu ;
- un certificat de nationalité pour les étrangers ;
- un cursus universitaire manuscrit, détaillé, depuis l’obtention du baccalauréat, visé par le service de scolarité. Ce cursus indiquera les années de succès et d’échec du candidat.

Etudes de troisième cycle et de formation doctorale

- une demande manuscrite non timbrée adressée à Monsieur le Président de l’Université de Ouagadougou, précisant l’établissement et l’option sollicités ;
- un extrait d’acte de naissance ou de jugement supplétif en tenant lieu ;
- un certificat de nationalité pour les étrangers ;
- une copie légalisée des attestations et/ou diplômes obtenus dans les premiers et second cycles ;
- un cursus universitaire manuscrit, détaillé, depuis l’obtention du baccalauréat, visé par le service de scolarité. Ce cursus indiquera les années de succès et d’échec du candidat ;
- une lettre de recommandation du directeur de mémoire ;
- une autorisation du directeur de l’UFR autorisant l’étudiant à s’inscrire lorsqu’il s’agit du DEA ou du DESS, ou une autorisation du Président lorsqu’il s’agit du Doctorat.

Date et lieu de dépôt des dossiers

Le dossier d'inscription complet est déposé auprès du Service des Affaires académiques, de l'Orientation et de l'Information. Conditions de dépôt de tout dossier

Avant de déposer le dossier, tout postulant à une inscription doit se rendre au service de la comptabilité de l’Université pour le versement de la somme de Mille (1 000) FCFA contre un reçu dûment signé qui lui permet de se rendre après au Service des Affaires Académiques, de l’Orientation et de l’Information (S.A.O.I) sis côté Est de la Présidence, pour le retrait de la pochette jaune dans laquelle sera mis le dossier de demande d’inscription.

 

Etablissements

Montant des frais d'inscription

 

 

 

 

 

Boursiers nationaux

Non boursiers nationaux

Réfugiés

Etrangers Simples

Personnel Université

Salariés

UFR-L.A.C.

15 000

15 000

15 000

250 000

5 000

35 000

UFR-S.H.

15 000

15 000

15 000

250 000

5 000

35 000

UFR-S.E.A.

15 000

15 000

15 000

250 000

5 000

35 000

UFR-S.V.T.

15 000

15 000

15 000

250 000

5 000

35 000

UFR-S.E.G.

15 000

15 000

15 000

250 000

5 000

35 000

UFR-S.J.P.

15 000

15 000

15 000

250 000

5 000

35 000

UFR-S.D.S.

15 000

15 000

15 000

250 000

5 000

35 000

I.B.A.M.

15 000

15 000

15 000

250 000

5 000

35 000

 

L'orientation

L ‘orientation est le plus souvent fondée sur les besoins et les priorités réels, définis par l’état, les structures d’emploi et les capacités des établissements d’accueil. Les conseillers d’orientation tiennent aussi comptent des vœux exprimés par les postulants, la série du baccalauréat, l’âge des postulants et les notes obtenues dans les matières fondamentales de chaque filière de formation.
Le service des affaires académiques, de l’orientation et de l’information (SAOI), est le principal acteur du système d’orientation à l’université de Ouagadougou ; il a pour missions :

· de mettre à la disposition des bacheliers et des étudiants, les documents relatifs aux possibilités d’études et de formation au Burkina Faso et à l’Etranger ;
· de leur apporter l’aide nécessaire dans le choix de leur orientation en rapport avec leur motivation personnelle.

L’université en collaboration avec les formateurs, a alors, pour missions essentielles, l’élaboration et la transmission des connaissances pour la formations des Hommes afin de répondre aux besoins de la nation en lui fournissant des cadres supérieurs dont celle-ci a besoin pour son développement économique, social et culturel.

Critères académiques d’orientation

Après le succès au baccalauréat, faire des études supérieures est une entreprise passionnante mais exigeante et la réussite dans les études supérieures dépend en grande partie du choix initial de la filière d’étude de chaque bachelier. Chaque établissement d’enseignement a déterminé et défini les critères qui lui sont spécifiques pour l’orientation et les bacheliers qui ne remplissent pas les conditions exigées par l’établissement de leur choix, peuvent toujours s’adresser au service des affaires académiques, de l’orientation et de l’information (SAOI), sis côté EST de la présidence, qui les aidera à choisir leur filière de formation compte tenu de leur profil.
L’orientation du nouveau bachelier se fait en tenant compte de ses choix, mérites et en fonction de la capacité des structures d’accueil.

Le dossier de demande d’orientation

Dès votre réussite au baccalauréat, vous devez vous rendre au service des affaires académiques, de l’orientation et de l’information (S.A.O.I) pour connaître les pièces constitutives du dossier de demande d’orientation et d’admission, les dates de réception et de clôture des dossiers. C’est sur la base du dossier dûment constitué et des choix des filières faits, que vous serez orientés en fonction des capacités d’accueil des établissements.

Date et lieu de dépôt des dossiers

La date de dépôt des dossiers de demande d’orientation varie en fonction des dates du déroulement de l’examen du baccalauréat. Elle est habituellement fixée deux semaines après la publication définitive des résultats pour permettre aux nouveaux lauréats de procéder à la légalisation des différentes pièces constitutives du dossier.
Les dossiers sont déposés au service des affaires académiques, de l’orientation et de l’information sous la supervision d’une commission interne d’orientation et d’admission de l’université, qui se réunit au cours des mois de Septembre et de Novembre. Les décisions de la commission sont consignées dans un procès-verbal qui est affiché au S.A.O.I.. Les candidats retenus prennent les dispositions nécessaires pour accomplir les formalités définitives d’inscription dans les délais prescrits.
Compte tenu des effectifs pléthoriques, la priorité est accordée aux nouveaux bacheliers pour la date de dépôt des dossiers et l’orientation, les anciens bacheliers sont autorisés à déposer leurs dossiers s’il y a des places disponibles dans certaines filières.

 

L'importance de l'inscription et de la réinscription

L’inscription annuelle constitue la première formalité obligatoire pour tout étudiant car c’est elle qui lui confère la qualité d’étudiant ; il y a deux types d’inscriptions obligatoires chaque année :

L’inscription administrative

Elle se fait au Service des Affaires Académiques, de l’Orientation et de l’Information (S.A.O.I) pour tous les étudiants (boursiers, non boursiers, travailleurs, étrangers simples et réfugiés). 
Pièces à retirer et à remplir :
a)-une fiche administrative de couleur blanche pour les étudiants : nationaux 
( boursiers et non boursiers), verte pour les travailleurs nationaux et bleue pour les étrangers;
b)-un cursus Universitaire manuscrit pour les anciens ( même couleur selon le statut) ;
c)- un bulletin de versement correspondant au statut de l’étudiant.

Le versement des frais d’inscription

Après les formalités administratives au S.A.O.I, tout étudiant doit se rendre au service de la comptabilité de l’Université de Ouagadougou pour le versement des frais correspondant au montant mentionné sur son bulletin contre un reçu dûment établi par l’agence comptable. Le versement doit se faire dans les meilleurs délais.
Il est formellement interdit à tout étudiant de remettre ses frais d’inscription à un agent de l’Université . Il n’ y a pas de paiement à tempérament, sauf autorisation spéciale de Monsieur le Président de l’Université de Ouagadougou.

L’inscription pédagogique

Elle se fait à la scolarité de chaque établissement.

Pièces à retirer, à remplir et à retourner au service de la scolarité :
- une fiche pédagogique (cartonnée) de couleur verte ;
- une fiche d’inscription pédagogique (légère) de couleur blanche ;

Pièces complémentaires à déposer au service de la scolarité :
- la fiche administrative remise par le S.A.O.I et dûment remplie( pour les nouveaux étudiants) ;
- la fiche administrative et le cursus universitaire manuscrit remis par le S.A.O.I (pour les anciens étudiants) ;
- le reçu de paiement des frais d’inscription remis par le service de la comptabilité ;
- un extrait d’acte de naissance ou de jugement supplétif en tenant lieu ;
- deux photos d’identité récente ;
- une copie légalisée de l’attestation provisoire de succès au baccalauréat ;

A l'attention de tout étudiant

L’étudiant doit accomplir les formalités d’inscriptions administratives et pédagogiques et s’acquitter des droits d’inscription, avant de pouvoir :
a)-bénéficier d’une carte d’étudiant strictement personnelle pour l’année universitaire correspondant à son inscription ;
b)-prendre part aux examens de l’année universitaire considérée ;
c)- participer à toute activité pédagogique ( TP,TD,Contrôle des connaissances , Accès en salle d’examen etc.) liées à la formation pour laquelle l’inscription a été prise.
En cas d’échec à la session de Juin, l’étudiant a l’obligation de faire son inscription pédagogique pour la session de Septembre avant de partir en vacances car nul ne peut prendre part à la session de Septembre s’il n’a pas accompli cette formalité.
La double inscription n’est acceptée que sur autorisation de Monsieur le Ministre pour les étudiants boursiers et de Monsieur le Président de l’Université de Ouagadougou pour les non boursiers.
Les inscriptions extra- tempora relèvent de la compétence de Monsieur le Président après avis motivé de l’établissement sollicité. Elles ne sont accordées que dans les cas de force majeure dûment justifiés. En dehors des cas exceptionnels, aucune inscription extra-tempora ne peut être obtenue après le 31 décembre de l’année en cours.

 


Formation  en Entreprenariat

Sommaire :

I-  Qu’est ce que l’entreprenariat ?

II- Grands Axes de l’entreprenariat

A-) Ressources et clés de l’entreprenariat

B-) Obstacles et Avantages sur le chemin de l’entrepreneur

B-1-) Obstacles

B-2-) Avantages

III- Différentes phases d’un projet

IV- GRILLE D’EVALUATION D’UNE IDEE DE PROJET

V- ATELIER : TEST DU POTENTIEL EN ENTREPRENARIAT


I- Qu’est ce que l’entreprenariat ?

Entreprenariat : Processus basé sur : l’identification des opportunités

La prise de risque calculé

La gérance d’affaire

La résolution des problèmes

La réalisation des profits.

En vue d’un épanouissement à long terme d’un individu engagé dans une série d’activité bien structuré, compte tenu de ses atouts (Dons ; Compétences ; Trésors)

II- Grands Axes de l’entreprenariat

A-) Ressources et clés de l’entreprenariat

B-) Obstacles et avantages sur le chemin de l’entrepreneur

A-) Ressources et clés de l’entreprenariat

Ex : Parabole des talents « Mathieu 25 :14-30 « « Tous le monde a des talents, mais très peu ont la capacité à détecter leurs talents. ».

Un bon entrepreneur ne peut entreprendre sous la direction de quelqu’un. Il ne peut entreprendre sans détermination ; sans engagement.

On est entrepreneur par rapport à qui on est. Cela se négocie sur la base de qui on est ; sur ses forces personnelles.

Les forces personnelles d’un bon entrepreneur l’éloignent de plus en plus des pièges qu’il peut rencontrer.

On ne peut entreprendre si on n’a pas des talents. C’est pourquoi un bon entrepreneur doit fructifier ses talents.

OPPORTUNITE : Une opportunité est une occasion de promotion ; elle ne dure pas. Elle est vite périssable.

C’est pourquoi à fin de saisir toute opportunité qui pourrait s’ouvrir à lui, un bon entrepreneur s’arrange à être prêt à tout moment. Et cela l’emmène à viser très loin parce qu’il veut être quelque chose d’impossible ; il veut atteindre quelque chose d’impossible. L’entrepreneur réagit par rapport à ce qu’il aime, c’est cela sa base. Il a des assettes et les connais bien (biens ; atouts ; talents ; compétences). L’entreprenariat demande à se former très régulièrement. C’est pourquoi l’entrepreneur recherche à savoir ce qu’il peut représenter au vu de ses valeurs. C’est donc quelqu’un de très raisonnable. Dans le package des Assettes d’un bon entrepreneur, on retrouve un carnet d’adresse bien fourni. Il sait que pour arriver aux très grands objectifs, il faut passer par de très petits et suivre ainsi un processus qui pourrait s’avérer très long.

Ex : Une jeune bachelière qui n’est pas intéressée par la restauration et qui voudrait créer une Université. Dans le processus d’entreprendre, on se rend compte qu’elle aime lire et écrire donc ; elle peut bien commencer par être Professeur et dans 20 ou 40 ans peut être elle aura déjà des atouts nécessaires.

B-) Obstacles et Avantages sur le chemin de l’entrepreneur

B-1-) Obstacles

a-) La peur : Tout est entreprenariat ; la peur d’échouer bloque la route à l’entreprenariat.

b-) Le doute : Après étude de marché et descente sur le terrain, (bref après avoir appliqué les règles de base du Marketing), on ne sera pas animé par cet obstacle.

Quand on doute, on prend plus de temps à se lamenter sur son avenir qu’on oubli de constater qu’on est entrain de vivre.

c-) L’Ingratitude : C’est le fait de ne pas reconnaître ce que nous avons. C’est aussi le fait de penser que nous ne sommes pas des entrepreneurs, que nous ne pouvons pas en être et cela nous emmène à ne pas entreprendre. Les ingrats s’occupent toujours des autres et de leur vie. Tout cela fait que les ingrats sont dans l’incapacité à coopérer avec les autres. (Or un entrepreneur se doit de coopérer)

d-) La cupidité et l’égoïsme : Un homme, un entrepreneur cupide a le souci d’avoir une affaire qu’il gère et non de savoir gérer une affaire qu’il a. Il aime l’argent et refuse de partager. En partageant, vous maitriser mieux les connaissances et les expériences que vous avez ; et vous pouvez devenir par-dessus tout : Soit un Expert ; soit un Consultant. Pas parce que vous  avez des diplômes mais parce que vous avez beaucoup entrepris dans un domaine.

Ex pratique Camerounais : Mme Fogning Francoise : Consultante et Présidente des Femmes d’affaire du monde.

e-) La paresse : Evaluez le volume de sommeil des gens qui vous entourent vous verrez qu’ils vivent dans le sommeil et plus grave pour certains, car ils vivent dans le Coma du sommeil. En Afrique et plus précisément au Cameroun, on utilise l’expression « Je tu le temps ». Cet expression ne fait que dire combien au Cameroun, les gens sont paresseux.

La force d’un entrepreneur c’est dans l’activité et non dans le passé.

f-) La marche par la vue : Le grégarisme, l’esprit moutonnier. Cela se remarque lorsque vous n’arrivez pas à vous définir un itinéraire personnel. Sans rêve éveillé, il n’y a pas de vision. C’est pourquoi connaître des stratégies de créativité est un atout pour l’entrepreneur.

g-) Excès de Confiance en soi : Trop ému de soi même que vous n’arrivez pas à écouter les autres et cela se transforme en  maladie (On s’écoute soi même jusqu’à l’égarement total.)

h-) Manipulation : Grand obstacle, vous voulez utiliser les gens selon votre convenance.

i-) L’intendance : Notion qui intègre la notion de la durée : ce qui ne nous appartient pas de façon absolu, on est appelé à le distribuer. Le principe d’intendance permet de distinguer l’intendant du propriétaire. Un entrepreneur est un animateur de ressources, de richesses. C’est un distributeur ; il sait mobiliser et se charge de distribuer au grand nombre.

NB : L’entrepreneur c’est celui là qui a une organisation claire ; une démarche et une stratégie bien pensée. Sait rechercher des finances et est patient et motivé.

B-2-) Avantages

-          Lorsqu’un entrepreneur a un profond respect pour Dieu, l’humilité s’installe en lui et il commence à écouter les gens.

-          L’aptitude à prendre des risques calculés :( accepter l’éventualité de perte mais continuer à entreprendre avec une probabilité de réussir élevée.

Ex : Dans l’une des paraboles de Jésus, il disait : Aucun d’entre vous avant de construire une tour, ne s’assied pour voir s’il a les moyens en sa disposition.

-          Partager les expériences avec les autres

-          Contentement : Savoir reconnaître ce que vous avez à votre disposition (esprit de contentement)

-          L’accomplissement : Avoir un objectif et déterminer l’itinéraire à prendre pour réaliser cet objectif.

-          Marche par la foi : Un entrepreneur est un Homme de foi ; de très grande Foi. Un entrepreneur est un visionnaire et sa démarche est une démarche de Foi.

Un entrepreneur met à sa disposition des :( Ressources informationnelles ; Ressources financières e humaines).

Tout est Commerce ; car Commercé c’est échanger.

Des personnes ouvrent des entreprises sans savoir entreprendre. Ce qui fait qu’ils s’investissent dans des domaines qu’ils ne maîtrisent pas du tout.

Un entrepreneur : (Produit une idée développée sous forme de projet ; il passe à l’évaluation e enfin à la recherche de financement).

L’entrepreneur : (nourrit ; oriente et dirige la société. Il est le gérant d’une idée : « concept en Marketing » ; L’idée conduit  à l’entreprise et l’argent n’est qu’un élément matériel qui conduit à la concrétisation de l’entreprise.

L’ENTREPRENARIAT C’EST BÄTIR UNE IDEE ; LA CONCRETISER.

III-             Différentes phases d’un projet

A-   Identification et évaluation

Identifier : C’est reconnaitre et présenter le problème qui se pose et qu’on veut résoudre. C’est en même temps déterminer les solutions possibles et définir les objectifs à atteindre à partir des solutions préconisées.

Elaborer : C’est mené des études de faisabilité qui consistent à décrire les contraintes et potentialités du milieu dans lequel va s’insérer le projet, mais surtout analyser les moyens à utiliser pour réaliser la solution retenue.

B-    La décision

Quand on a réunis toute les infos et soupeser ce à quoi on s’engage avec le projet, on décide de le réaliser. S’il ya plusieurs partenaires, on se met d’accord.

C-    La réalisation et le Suivi d’exécution

Dès que vous avez assuré tous les moyens nécessaires, le projet  peut alors  commencer, il faut respecter la programmation qui a été faite ; Assurer la gestion technique et financière de votre projet ;

D-  Evaluation finale

A la fin du temps prévu pour le projet, l’évaluation finale permet de vérifier si les objectifs visés ont été atteints. Si la durée ne doit pas être prolongée, si le projet doit être purement et simplement arrêté ;

Remarque : La présentation du projet doit avoir les réponses à toutes les questions que celui qui décide de vous accorder un crédit, un appui matériel ou financer, peut se poser.

Quelques questions que l’on peut se poser

1-      Quel est le constat fait ? (le problème qui se pose)

2-      Quel est le projet retenu ? (la solution envisagée)

3-      Pourquoi cette solution ? ‘(les objectifs)

4-      Pour qui réalise-t-on cette action ? (la population qui doit bénéficier de l’action)

5-      Où doit se localiser le projet ?

6-      Comment est ce milieu ? (description géographique et socio économique)

7-      Quand sera réalisée l’action ? (date de démarrage)

8-      Pendant combien de tems ?  (durée)

9-      Quel est l’initiateur du projet ? (Promoteur, population concerné ou un individu)

10-  Qui porte la responsabilité du projet ? (le maitre d’œuvre ou l’association porteuse : Organisation paysanne ; ONG……

11-  Combien coutera le projet ? (cout global)

12-  Qui apportera l’argent ? (l’apport du bénéficiaire et celui du financement)

13-  Que fera-t-on pour atteindre les objectifs ? (les différentes taches et activités)

14-  Qui fera quoi ? (Les RH et répartition du travail)

15- Comment se dérouleront les activités ? (établissement d’un calendrier d’activité ; chronogramme)

16- Y’a-t-il autre renseignement ? (Doc en annexe ; carte géographique ; fiches techniques ; statuts et règlement de l’organisation porteur ; photos ; dernier rapport d’activité.

Grille d’évaluation d’une idée de projet

Critères

Favorable

Défavorable

Opportunités

1

Faisabilité de l’affaire

Utilité du produit ou du service

Légalité de l’opération

Barrière à l’entrée dans ce secteur

 

 

 

2

Avantages concurrentiels

Avantages spécifiques par rapport à la concurrence existante

Position du secteur informel par rapport au produit ou service

Capacité de réaction de la concurrence

Relations particulières avec les clients potentiels

Relations potentiels avec les fournisseurs

Capacité à maintenir les avantages concurrentiels initiaux.

 

 

 

3

Marché

Importance du potentiel de développement

Les facteurs clefs de compétitivité

Quelle part du marché je peux prendre logiquement

 

 

 

4

Moyens financiers

Moyens propres

Moyens mobilisables à travers mon réseau de relation

Capacité de mobilisation des fonds d’emprunt

 

 

 

5

Moyens de contrôle sur l’affaire

Les exigences spécifiques du métier

Le cout du contrôle

La capacité de mobilisation des fonds d’emprunt

 

 

 

6

Appropriation du métier

Connaissance technique

Accessibilité au savoir

 

 

 

7

Accès aux facteurs stratégiques de production

Matières premières

Equipement de production

Technologie

 

 

 

8

Les acquis dans le domaine

Expérience /compétence

Réseau

Accès à l’information

Capital disponible

 

 

 

9

Contexte de mise en œuvre

Environnement légal

Fiscalité

Climat général des affaires

Conjoncture économique

Risque pays

Les incitants à l’investissement privés prévus par l’état

 

 

 

10

Niveau général de risque sur l’affaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ATELIER : TEST DU POTENTIEL EN ENTREPRENARIAT

QUESTIONS

1-J’aime faire des choses qui donnent  rapidement des résultats

2- Je préfère travailler avec des amis plutôt qu’avec des professionnels que je ne connaitrai pas.

3-Je suis plutôt freiné par les difficultés et la complexité des situations.

4-Pour moi les échecs sont les occasions d’apprendre.

5-Derrière toute réussite, il y a la chance.

6-Je suis touche à tout et j’aime mettre la main à la patte.

7-Je préfère laisser les responsabilités à ceux qui aiment se mettre en avant.

8-Je peux me mettre sous la peau des autres, voir comment ils pensent.

9-Je suis constamment à l’affût des opportunités qui pourraient surgir.

10-Je cherche toujours à mieux exploiter mon potentiel et mon énergie.

11- Je n’aimerai pas mettre en jeux ma position sociale en prenant des risques inconsidérés.

12-J’ai toujours tendance à rechercher l’approbation de mon entourage.

13-J’aime me surpasser constamment.

14-J’aime rester inoccupé à certains moments de la journée.

15-Je suis généralement très stressé par l’incertitude.

16-Je constate que j’ai tendance à assurer la responsabilité de beaucoup de chose dans la vie.

17-Pour moi les changements sont porteurs d’occasions à saisir.

18-Je suis rigoureux lorsque je travaille, si bien que l’intuition y trouve peu de place.

19-Je me considère comme un grand travailleur.

20-Je suis de ceux qui prennent des risques calculés.

21-Je n’aime pas les échecs.

22-Les changements ne me découragent pas, je sais m’y adapter.

23- Je suis d’un naturel optimiste.

24-Le Cameroun est un pays où l’on encourage l’esprit d’initiative

25-Je peux créer une entreprise et la faire marcher.

REPONDRE PAR :

A-) Tout à fait d’Accord

B-) Un peu d’accord.

C-) En parfait désaccord.

Slide 1 Slide 2 Slide 3 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4

Copyright © 2011. Openeducationbf.

All Rights Reserved.