www.openeducationbf.com

Votre bibliothèque virtuelle 100% gratuite

Get Adobe Flash player

Qui est en ligne ?

Nous avons 35 invités en ligne

Compteur en ligne

Vous êtes le visiteur n°
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette semaine3002
mod_vvisit_counterCe mois12557
mod_vvisit_counterTous1214944

Aujourd'hui: 17 Juil 2018

Rejoignez-nous sur

La plupart des pays africains, dont le Burkina Faso, ont adopté l’objectif « l’Education Pour Tous en 2015 » comme pierre angulaire de leurs stratégies de réduction de la pauvreté pour l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement. Preuve de l’importance de ce secteur dans la dynamique d’un développement économique. À la veille de l’échéance, même s’il est indéniable qu’au Burkina Faso un pas a été franchi, force est de reconnaître que le chemin reste encore long. Car, non seulement le taux de scolarisation est en-deçà des attentes des pouvoirs publics mais aussi, la qualité de l’enseignement dans un contexte actuel d’un monde où les connaissances sont en perpétuel recyclage semble être une question de plus en plus à la mode. Ce qui implique que même si l’éducation pour tous venait à être une réalité à la date prévue, il va falloir s’attaquer à l’autre aspect qui est de faire en sorte que l’enseignement de façon générale puisse s’adapter aux besoins du marché et aux exigences d’une économie ouverte sur le monde.

Cela est un impératif si nous ne voulons pas rester en marge de la marche mondiale et rater notre train du développement. Une certaine étude n’attire-t-elle pas notre attention sur le fait que la performance d’un système éducatif ne dépend pas seulement du nombre d’élèves qu’il accueille, mais aussi de ce que les élèves apprennent ! Pour répondre à ce double défi majeur, il faut obligatoirement disposer d’une ressource humaine qualifiée, suffisante et d’«intrants éducatifs » disponibles et accessibles par les apprenants. Au Burkina Faso, les disparités sont importantes entre apprenants des villes et ceux des campagnes encore que même dans les centres urbains, les disparités se constatent selon les capacités des écoles à mettre à la disposition des apprenants des ressources adéquates. Un aperçu de ce qui constitue les préoccupations se présente entre autres de la façon suivante :

  • -insuffisance de cadres  pédagogiques proches des apprenants
  • -faible existence de cadre d’autoformation et d’autopromotion
  • -coûts d’accès à certains documents et à certains espaces de recherche encore exorbitants pour la majorité d’apprenants burkinabè. Cette situation affecte indubitablement la qualité et partant, la compétitivité des ressources humaines disponibles.
  • Face à l’immensité de la tâche et au regard des ressources limitées des différentes volontés, qu’elle soit publique ou privée, des apports en la matière pour poursuivre ce noble combat n’est jamais de trop. D’initiative en initiative, il faut qu’on y parvienne. Y arriver parce que ce secteur est l’un des objectifs essentiels de la stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) adoptée par le Burkina depuis 2010. Un objectif qui ne peut-être atteint que si chacun, avec sa modeste idée en la matière s’y engage. Pour le Burkina d’aujourd’hui et de demain. L’éducation doit être une priorité et un souci permanent pour tous. Où qu’on se trouve. Les disparités en matière d’accès à un cadre propice à l’épanouissement, que ce soit selon le genre, les régions, la localisation (urbain /rural) ou le niveau de revenu des habitants doivent être aplanies.

C’est cette conscience qui justifie la création de l’Organisation pour la Promotion de l’Education Nationale (OPEN). Elle se veut une autre réponse à ce défi majeur national.

Incarnation de l’engagement d’un groupe de jeunes burkinabè soutenus dans leur réflexion par Dr Arthur Van Noord à accompagner et à renforcer les efforts des pouvoirs publics, les initiatives privées locales et internationales dans le monde de l’enseignement de façon générale au Burkina Faso, OPEN se donne pour mission d’être un complément de rôles des différents efforts déjà existants. Loin d’être le fruit d’une réflexion complète, OPEN se veut un créneau où chacun (sans distinction aucune) vient apporter sa contribution à l’épanouissement de l’éducation au « Pays des Hommes intègres ». Nous, concepteurs de l’organisation, nous croyons fermement que le salut du Burkina Faso viendra de l’éducation. D’où le sens de notre engagement. Nous n’avons pas la prétention d’avoir fait une œuvre parfaite. Nous lançons l’idée et espérons de ce fait qu’elle soit enrichie par vous, vous qui avez pris la peine à consacrer votre temps à réfléchir sur le sort de l’enseignement au Burkina Faso. OPEN est donc une initiative ouverte à toutes vos propositions afin de la rendre plus apte à répondre aux objectifs de notre vaste chantier.

Slide 1 Slide 2 Slide 3 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4

Copyright © 2011. Openeducationbf.

All Rights Reserved.